Ek parikramar halo anta

De Sarkarverse
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ek parikramâr halo anta – Un cycle s'achève

Description de l'image Musical note nicu bucule 02.gif.
Chant de l'Éveil 126 
Sorti le 19 novembre 1982
À Madhu Malanca, Kolkata
Auteur-compositeur Prabhat Ranjan Sarkar
Genre chant bengali
Durée 4:57

Chants de l'Éveil

Ek parikramâr halo anta est un chant en bengali, le 126e des Chants de l'éveil ou Prabhat Sangiit écrits et composés par Prabhat Ranjan Sarkar.

Paroles

En bengali, le a se prononce o, le v se prononce b, le y se prononce dj en début de mot, le s se prononce ch, le c et le ch se prononcent tch, le j se prononce dj, á se prononce a, ŕ est un r rétroflexe.
Les mots importants du poème: les jours: din (dine), l'année: vatsar (botchor), les fleurs: phul (foule), les fruits: phal (fal), l'azur: niilimá, nouvelle forme: nava rúpa.
Écoutez Ek parikramar halo anta chanté en bengali sur Sarkarverse; suivez en même temps le texte ci-dessous.

Texte translittéré écriture bengalie texte français[1]

Ek parikramár halo anta

Din tithi bahe yáy
Vatsar cale yáy
Kata phul jhare yáy
Kata phal paŕe yáy

Kata uttápe chande gánete
Kata udvege ashru dháráte
Vatsar chilo mor práńe mishe
Áji háy háráiyá yáy
Ajánáy sare yáy

Yárá áse áse yábár janye
Yárá yáy yáy ásár janye
Dúr niilimáy yárá bhese yáy
Tárá punah ese yáy
Nava rúpe ese yáy

Ek parikramár halo anta

এক পরিক্রমার হলো অন্ত

দিন তিথি বহে' যায়
বৎসর চলে যায়
কত ফুল ঝরে যায়
কত ফল পড়ে যায়

কত উত্তাপে ছন্দে গানেতে
কত উদ্বেগে অশ্রুধারাতে
বৎসর ছিলো মোর প্রাণে মিশে
আজি হায় হারাইয়া যায়
অজানায় সরে' যায়

যারা আসে আসে যাবার জন্যে
যারা যায় যায় আসার জন্যে
দূর নীলিমায় যারা ভেসে' যায়
তারা পুনঃ এসে' যায়
নব রূপে এসে' যায়

এক পরিক্রমার হলো অন্ত

Un cycle s'achève

Les jours se sont écoulés,
L'année a passé,
Tant de fleurs se sont retrouvées au sol,
Tant de fruits sont tombés.

Dans l'enthousiasme, nous avons chanté,
Dans la peine, laissé couler nos larmes,
Une année de plus a rejoint notre vie,
Aujourd'hui, elle s'en va,
sur les vagues de l'oubli.

Ce qui s'en vient, repart,
ce qui s'en va, nous quitte, pour revenir.
Disparaissant dans l'azur,
cela revient,
renouvelé.

Un cycle s'achève.

Notes

  1. Traduit du bengali par Jyotsnâ Devii

Droits d'auteur

Ne considérer aucune des informations de cet article ou de ses liens comme donnant le droit de réutiliser la mélodie ou les paroles d'un des Chants de l'éveil ou Prabhat Sangiit sans l'autorisation préalable du détenteur du copyright: Ananda Marga Pracaraka Sangha.

Vous pouvez aussi consulter prabhatasamgiita.net.