Différences entre versions de « Tumi jakhan esechile »

De Sarkarverse
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(Page créée avec « {{Infobox Prabhat Samgiit | charte = chant de l'Éveil | titre = Tumi jakhan esechile – ''Quand Tu parus' | image = Musical note nicu bucule… »)
Balises : Modification par le web mobile Modification par mobile
 
(correction de la traduction erronée)
Balises : Modification par le web mobile Modification par mobile
 
(13 versions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
{{Infobox Prabhat Samgiit
 
{{Infobox Prabhat Samgiit
 
| charte          = chant de l'Éveil
 
| charte          = chant de l'Éveil
| titre          = Tumi jakhan esechile – ''Quand Tu parus'
+
| titre          = Tumi jakhan esechile – ''« Quand tu es venu »'
 
| image          = Musical note nicu bucule 02.gif
 
| image          = Musical note nicu bucule 02.gif
 
| artiste        =  
 
| artiste        =  
Ligne 9 : Ligne 9 :
 
| enregistré      =  
 
| enregistré      =  
 
| enregistré lieu =  
 
| enregistré lieu =  
| durée          = 4:16
+
| durée          =  
 +
| audio = [https://fr.sarkarverse.org/PS/1-999-f/___903%20TUMI%20JAKHAN%20ESE%20CHILE.mp3 Tumi jakhan esechile] {{#widget:Audio | url=https://fr.sarkarverse.org/PS/1-999-f/___903%20TUMI%20JAKHAN%20ESE%20CHILE.mp3}}
 
| genre          = contemplation, bengali
 
| genre          = contemplation, bengali
 
| format          =  
 
| format          =  
Ligne 31 : Ligne 32 :
 
  }}
 
  }}
 
}}
 
}}
''''' Tumi jakhan esechile ''''' commémore la première '' dîksâ '' (« initiation ») donnée par [[Prabhat Ranjan Sarkar|Shrii Shrii Anandamurti]]. Cela se passait à Calcutta au bord d’un affluent du Gange à la pleine lune ('' púrńimá '') du mois de juillet-août ('' shrâvana '') 1939 ou peut-être 1940. Anandamurti avait dix-sept ou dix-huit ans, l’initié était alors un bandit craint du voisinage. Il devint ensuite le moine Kalikânanda. Ce chant est le 903<sup>e</sup> des [[Les Chants de l'éveil ou Prabhat Samgiit|''Chants de l'Éveil'' ou ''Prabhat Sangiit'']] écrits et composés par [[Prabhat Ranjan Sarkar]].
+
''''' Tumi yakhan esechile '' – Quand tu es venu''' commémore la première '' dîksâ '' (« initiation ») donnée par [[Prabhat Ranjan Sarkar|Shrii Shrii Anandamurti]]. Cela se passait à Calcutta au bord d’un affluent du Gange à la pleine lune (''púrńimá'') du mois de juillet-août ''(shrâvana)'' 1939 ou peut-être 1940. Anandamurti avait dix-sept ou dix-huit ans, l’initié était alors un bandit craint du voisinage. Il devint ensuite le moine Kalikânanda. Ce chant est le 903<sup>e</sup> des [[Les Chants de l'éveil ou Prabhat Samgiit|''Chants de l'Éveil'' ou ''Prabhat Sangiit'']] écrits et composés par [[Prabhat Ranjan Sarkar]].
 +
<br>Vous pouvez suivre les paroles translitérées et/ou traduites ci-dessous.</br>
 
== Paroles ==
 
== Paroles ==
'''Prononciation''': En bengali, les '' a '' (courts) se prononcent o, le '' á '' a ; le '' y '' en début de mot se prononce "dj" peu appuyé, le '' u '' est un "ou". Le s et le g sont toujours durs. Le c et le ch sont respectivement tch et tchh. Le ṋ nasalise, les uṋ et iṋ sont des n respectivement "guttural" et palatal. Le ń un n rétroflexe.
+
'''Prononciation''': '''En bengali, les '' a '' (courts) se prononcent o''', le '' á '' a ; le '' y '' en début de mot se prononce "dj" peu appuyé, le '' u '' est un "ou". Le s et le g sont toujours durs. Le c et le ch sont respectivement tch et tchh. Le ṋ nasalise, les uṋ et iṋ sont des n respectivement "guttural" et palatal. Le ń un n [[rétroflexe]].
 
<br />
 
<br />
 
Notez que '' hiyá '' (« cœur ») est une contraction poétique de '' hrdaya''.
 
Notez que '' hiyá '' (« cœur ») est une contraction poétique de '' hrdaya''.
<br />'''Écouter''' [https://sarkarverse.org/PS/1-999-f/___903%20TUMI%20JAKHAN%20ESE%20CHILE.mp3 ''Tumi jakhan esechile''] chanté en bengali par Acarya Priyashivananda Avadhuta '''en suivant le texte ci-dessous'''. Vous pouvez aussi consulter [http://prabhatasamgiita.net prabhatasamgiita.net].<br />
+
<br />''' ''Tumi jakhan esechile'' ''' est chanté en bengali par l'''Ácárya'' Priyashivananda ''Avadhúta''. Vous pouvez aussi consulter [http://prabhatasamgiita.net prabhatasamgiita.net].<br />
  
 
{| class="wikitable"
 
{| class="wikitable"
 
|-
 
|-
 
! texte [[Transcription latine du sanscrit et autres langues indiennes|translitéré]]
 
! texte [[Transcription latine du sanscrit et autres langues indiennes|translitéré]]
! devanágarii
+
! bengali
 
! traduction française du bengali
 
! traduction française du bengali
 
|-
 
|-
 
|<poem>
 
|<poem>
 +
 
Tumi yakhan esechile
 
Tumi yakhan esechile
 
Takhan púrńimá chilo
 
Takhan púrńimá chilo
Ligne 63 : Ligne 66 :
 
</poem>
 
</poem>
 
| <poem>
 
| <poem>
 +
 
তুমি যখন এসেছিলে
 
তুমি যখন এসেছিলে
 
তখন পূর্ণিমা ছিলো
 
তখন পূর্ণিমা ছিলো
Ligne 81 : Ligne 85 :
 
</poem>
 
</poem>
 
| <poem>
 
| <poem>
Seigneur, alors que tu étais venu, (Refrain)
+
(La lune était pleine, (Refrain))
 +
quand tu es venu, (Refrain)
 
la lune était pleine, (Refrain)
 
la lune était pleine, (Refrain)
 
elle jouait à cache-cache,
 
elle jouait à cache-cache,
 
par le mouvement des nuages,  
 
par le mouvement des nuages,  
  
Et tandis que dans le lointain des nébuleuses se traçaient  
+
Dans le lointain des nébuleuses se traçaient  
 
comme dessinées à la pâte de santal,
 
comme dessinées à la pâte de santal,
apparut une nouvelle âme<ref>La '' balâkâ '' (বলাকা), une petite oie blanche qui peut voler très haut, symbole de l’âme.</ref>  
+
Une nouvelle âme était là<ref>La '' balâkâ '' (বলাকা), une petite oie blanche qui peut voler très haut, symbole de l’âme.</ref>  
ayant perdu son chemin.
+
qui avait perdu son chemin.
  
 
Combien de lunes étaient passées
 
Combien de lunes étaient passées
pendant lesquelles son cœur était resté vide ?
+
pendant lesquelles ce cœur était resté vide ?
Au son de Tes pas
+
Au son de tes pas,
son cœur se remplit de nectar/de clair de lune,
+
mon cœur se remplit de nectar/de clair de lune :
et cette âme revenue
+
cette âme est revenue !
reconnut et emprunta la voie.
+
elle reconnut et emprunta la voie.
 
</poem>
 
</poem>
 
|}
 
|}
Ligne 102 : Ligne 107 :
 
== {{Attention|Droits d'auteur}} ==
 
== {{Attention|Droits d'auteur}} ==
 
Ne considérer aucune des informations de cet article ou de ses liens comme donnant le droit de réutiliser la mélodie ou les paroles d'un des [[Les Chants de l'éveil ou Prabhat Samgiit|Chants de l'éveil ou ''Prabhat Sangiit'']] sans l'autorisation préalable du détenteur du copyright: [[Ananda Marga|Ananda Marga Pracaraka Sangha]].
 
Ne considérer aucune des informations de cet article ou de ses liens comme donnant le droit de réutiliser la mélodie ou les paroles d'un des [[Les Chants de l'éveil ou Prabhat Samgiit|Chants de l'éveil ou ''Prabhat Sangiit'']] sans l'autorisation préalable du détenteur du copyright: [[Ananda Marga|Ananda Marga Pracaraka Sangha]].
 +
 +
== Enregistrement ==
 +
[https://fr.sarkarverse.org/PS/1-999-f/___903%20TUMI%20JAKHAN%20ESE%20CHILE.mp3 Tumi jakhan esechile] sur Sarkarverse.
  
 
== Notes ==
 
== Notes ==
  
 
[[Catégorie:Chants de l'éveil]]
 
[[Catégorie:Chants de l'éveil]]
 +
 +
[[en:Tumi jakhan esechile]]

Version actuelle datée du 11 septembre 2021 à 17:36

Tumi jakhan esechile – « Quand tu es venu »

Description de l'image Musical note nicu bucule 02.gif.
Chant de l'Éveil 903 
Sorti le 24 septembre 1983
À Madhumalainca, Kolkata
Auteur-compositeur Prabhat Ranjan Sarkar
Genre contemplation, bengali
Audio Tumi jakhan esechile

Chants de l'Éveil

Tumi yakhan esechile – Quand tu es venu commémore la première dîksâ (« initiation ») donnée par Shrii Shrii Anandamurti. Cela se passait à Calcutta au bord d’un affluent du Gange à la pleine lune (púrńimá) du mois de juillet-août (shrâvana) 1939 ou peut-être 1940. Anandamurti avait dix-sept ou dix-huit ans, l’initié était alors un bandit craint du voisinage. Il devint ensuite le moine Kalikânanda. Ce chant est le 903e des Chants de l'Éveil ou Prabhat Sangiit écrits et composés par Prabhat Ranjan Sarkar.
Vous pouvez suivre les paroles translitérées et/ou traduites ci-dessous.

Paroles

Prononciation: En bengali, les a (courts) se prononcent o, le á a ; le y en début de mot se prononce "dj" peu appuyé, le u est un "ou". Le s et le g sont toujours durs. Le c et le ch sont respectivement tch et tchh. Le ṋ nasalise, les uṋ et iṋ sont des n respectivement "guttural" et palatal. Le ń un n rétroflexe.
Notez que hiyá (« cœur ») est une contraction poétique de hrdaya.
Tumi jakhan esechile est chanté en bengali par l'Ácárya Priyashivananda Avadhúta. Vous pouvez aussi consulter prabhatasamgiita.net.

texte translitéré bengali traduction française du bengali


Tumi yakhan esechile
Takhan púrńimá chilo
Lukocuri cáṋder sauṋge
Megher calchilo

Dúr ákásher niiháriká
Candanete chilo áṋká
Navágata ek baláká
Path bhulechilo

Kata jyotsná elo gelo
Hiyár ásan shúnya chilo
Tomár padadhvani halo
Hiyá sudháy bhare gelo
Sei baláká ábár elo
Path cine nilo


তুমি যখন এসেছিলে
তখন পূর্ণিমা ছিলো
লুকোচুরি চাঁদের সঙ্গে
মেঘের চলছিলো

দূর আকাশের নীহারিকা
চন্দনেতে ছিলো আঁকা
নবাগত এক বলাকা
পথ ভুলেছিলো

কত জ্যোৎস্না এলো গেলো
হিয়ার আসন শূন্য ছিলো
তোমার পদধ্বনি হলো
হিযা সুধায় ভরে' গেলো
সেই বলাকা আবার এলো
পথ চিনে' নিলো.

(La lune était pleine, (Refrain))
quand tu es venu, (Refrain)
la lune était pleine, (Refrain)
elle jouait à cache-cache,
par le mouvement des nuages,

Dans le lointain des nébuleuses se traçaient
comme dessinées à la pâte de santal,
Une nouvelle âme était là[1]
qui avait perdu son chemin.

Combien de lunes étaient passées
pendant lesquelles ce cœur était resté vide ?
Au son de tes pas,
mon cœur se remplit de nectar/de clair de lune :
cette âme est revenue !
elle reconnut et emprunta la voie.

Droits d'auteur

Ne considérer aucune des informations de cet article ou de ses liens comme donnant le droit de réutiliser la mélodie ou les paroles d'un des Chants de l'éveil ou Prabhat Sangiit sans l'autorisation préalable du détenteur du copyright: Ananda Marga Pracaraka Sangha.

Enregistrement

Tumi jakhan esechile sur Sarkarverse.

Notes

  1. La balâkâ (বলাকা), une petite oie blanche qui peut voler très haut, symbole de l’âme.